Jusqu’au 06 juin 2009, Le Tarmac

Le one-man-show évoque souvent un genre comique où un comédien enchaîne les situations amusantes et les bons mots. Seul en scène, Patric Saucier – qui a écrit, mis en scène et interprète Le Boxeur – nous invite à un exercice bien plus contrasté qu’une simple série de gags. Cet artiste québécois nous conte l’histoire d’un gars qui, tout jeune, va se faire étiqueter à cause de son physique. « Costaud et gras comme tu es, tu seras boxeur ! », lui disent ses oncles.

Ses premiers coups, il les recevra en fait de ses camarades de classe, pour qui il représente un bouc émissaire idéal. Cela nous l’apprenons peu à peu au fil de flash-backs, car aujourd’hui, c’est du fond d’une cellule que « Québec », comme on le surnomme, nous dévoile sa vie. Il a été condamné, parce qu’un jour, dans une rue de Paris, il a reçu un regard méprisant de trop et il s’est mis à taper cette inconnue qui l’avait jugé, comme il aurait tapé dans un punching ball.

Patric Saucier réussit à créer un univers crédible, avec un personnage central attachant. À force de se l’entendre dire, Québec va effectivement devenir boxeur et se reconnaître dans ce milieu où, pour la première fois, son physique n’est plus un handicap mais une force. Le comédien nous ouvre aussi une fenêtre sur la riche vie intérieure de cet homme, poète à ses heures, qui se sert de l’humour comme d’un couteau et voudrait ne pas faire pleurer sa mère.

Le texte est fort, alternant moments de beauté, de drôlerie et d’émotion. Patric Saucier a un sens très sûr de la tournure qui fait mouche. Par exemple, il décrit d’une formule mordante la femme qui va faire perdre les pédales à son personnage, « un joli minois chaussé de mépris et d’arrogance ». Parfois, son art des mots est un peu trop poussé pour un spectacle joué : dans quelques passages l’écriture devient très littéraire et plus assez théâtrale, tenant le spectateur à distance.

La mise en scène est efficace : grâce à quelques accessoires, Patric Saucier arrive non seulement à nous projeter dans l’univers carcéral, mais aussi à se servir intelligemment des objets à sa disposition pour se créer des partenaires de jeu. Changeant d’accent et d’attitude, il donne vie à sa mère, à son co-détenu ou à son père. Utilisant avec à-propos toute cette palette d’outils scéniques, le comédien nous fait oublier qu’il est en fait seul et maintient ainsi une vraie dynamique narrative.

Le Boxeur est un spectacle touchant, qui remet avec délicatesse et intelligence les « poings » sur les i à tous ceux qui pensent que ce sont les apparences qui définissent les gens.

Le Boxeur de Patric Saucier, mise en scène de Patric Saucier, théâtre Le Tarmac
Avec : Patric Saucier
Crédit photographique : Philippe Séguy

Article originellement publié sur Culturofil.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *