Jusqu’au 21 juin 2010, comédie des Trois Bornes

Inspirée par le livre Anticyclopédie universelle1, cette comédie repose sur un principe simple et efficace : une conférence loufoque qui révèlerait, en toute simplicité et en une heure chrono, tout sur tout. Pour la présentation de cette considérable somme de connaissances, le professeur Constant et son assistante dévouée, mademoiselle Églantine, se font très pédagogues et utilisent des cartes, graphiques, photos et autres objets éducatifs, mais surtout une bonne dose d’humour et de délire.

Les deux comédiens, Alix Valroff et Thomas Zaghedoud, nous plongent tout de suite dans le vif du sujet. Après une rapide introduction pour nous assurer de la grande rigueur scientifique des informations qu’ils vont nous donner, ils se lancent dans l’Histoire du monde. Avec un abattage qui ne faiblit jamais, les deux acteurs enchaînent gags et présentations insensées. Le mystère des pyramides ? Facile : les esclaves avaient à leur disposition des… stagiaires ! Comment réussir dans l’industrie du jouet ? Simple : qui, mieux que des enfants, sauraient fabriquer des jouets pour d’autres enfants ?

De blagues plus ou moins noires en graphiques farfelus, le professeur et son assistante (qui lui fait, comme de bien entendu, les yeux doux) ont une énergie qui porte la salle, mais la formule tend à s’essouffler vers la fin. Tout sur tout semble si soucieux de vouloir réellement nous transmettre le plus d’informations possible en un minimum de temps que le débit très soutenu finit par provoquer un effet de saturation, et l’on décroche sur la fin. Quelques respirations ou ruptures de rythme dans la mise en scène seraient bienvenues – d’autant que, par ailleurs, Franck Duarte a fait un bon travail d’adaptation, en introduisant un rapport de désir certes classique entre le professeur et son assistante, mais parfait pour ce type de pièce .

Tout sur tout (et son contraire) joue de façon sympathique sur des codes de comédie bien connus et des références culturelles populaires tels que Pif gadget ou Goldorak. S’il n’y a ici rien de révolutionnaire, en tout cas les idées et l’énergie sont là ; ne reste qu’à y ajouter un poil (à gratter) de calme pour en faire une conférence vraiment imparable, apte à illuminer  les foules via l’immense non-savoir du professeur Constant et de mademoiselle Églantine.

Tout sur tout (et son contraire) d’Emmanuel Prelle et Emmanuel Vincenot, adapté et mis en scène par Franck Duarte, comédie des Trois Bornes.
Avec : Alix Valroff et Thomas Zaghedoud.
Crédit photographique : compagnie Glou

  1. Paru aux éditions Mille Et Une Nuit. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *