Jusqu’au 31 juillet, Avignon

Les enfants sont tout autant courtisés que les adultes pendant le Festival : pratiquement tous les lieux de représentations leur réservent une partie de leur programmation. Si, crise oblige, la fréquentation des théâtres s’est effritée l’an passé, les spectacles pour enfants semblent pour l’instant mieux résister. Et c’est une bonne nouvelle, car ce public en culottes courtes est celui qui continuera de remplir les salles de demain ! Rhinocéros s’est laissé séduire par deux pièces pour les plus jeunes au théâtre du Bélier.

Scène 1 : la souris danse

Si les souris font des rêves psychédéliques, il y a fort à parier qu’ils ressemblent à Rumba sur la lune. Cette nouvelle création de la compagnie Marizibill pour les tout petits raconte l’histoire d’une sympathique souris qui a faim. La voilà donc partie fouiller dans tout ce qui se trouve à portée de papattes dans l’espoir de trouver du fromage. Dans sa quête, elle osera même quitter la maison et aller loin, beaucoup plus loin.

On retrouve dans ce nouveau spectacle tout ce qui fait le charme du travail de cette compagnie : humour, fantaisie, tendresse, poésie… Cette fois, viennent s’ajouter aux marionnettes de joyeuses séquences vidéos, ingénieusement intégrées au spectacle, qui enrichissent un univers visuel déjà très séduisant. Le tout est bien sûr mené sur une musique dansante à souhait, car c’est bien connu, quand le chat n’est pas là, les souris dansent… la rumba ! Après Ohé Zoé et Isidore et la plume bleue, Marizibill continue de montrer que la qualité n’attend pas l’âge du spectateur.

Scène 2 : voyage immobile

Dès 5 ans et bien au-delà, on peut apprécier Contes et murmures du grand tambour. La compagnie du théâtre du Shabano se passionne pour les contes venus d‘ailleurs. Dans ce spectacle, la troupe nous propose trois récits en provenance de trois continents : d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine. Chacun va utiliser d’élégantes paraboles pour parler de reconquête amoureuse, savoir si la force se trouve dans les muscles ou dans l’esprit, ou se demander quels sont les vrais trésors de la vie. Vous l’aurez compris, sous couvert de belles histoires, il s’agit d’offrir ici quelques grains de sagesse.

Pour faire vivre ces contes, de superbes marionnettes accompagnées par une musique jouée live à partir d’instruments du monde entier – dont, bien sûr, un (très) grand tambour ! Une belle alchimie se dégage entre les récits et les mélodies, que vient compléter une mise en scène toute en finesse. L’ensemble donne l’impression de voyager en douceur autour du monde et aiguise la curiosité pour les cultures lointaines. Une réussite.

Ce petit tour en Avignon s’achève et c’est à regret que Rhinocéros rentre à Paris, en laissant trop de pièces non vues derrière lui… Qu’importe : quelques jours suffisent déjà pour vivre les montagnes russes du OFF, ce festival qui trimbale les spectateurs de moments de plaisir en moments d’incertitude, d’emballements en frustrations. Et puis, il y aura toujours l’année prochaine !

Rumba sur la lune de  la compagnie Marizibill et Contes et murmures du grand tambour de la compagnie Théâtre du Shabano, théâtre des Béliers, Avignon.

Une réflexion sur “Le Festival OFF d’Avignon – Acte III, et les enfants dans tout ça ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *