Album paru le 28 octobre 2010

Les yôkais sont des petits démons japonais, revêtant mille formes, aux intentions plus ou moins bonnes envers l’humanité. S’ils sont pléthore au Pays du Soleil Levant, on sait moins que notre vieille France en possède aussi son comptant. Lacune aujourd’hui comblée, puisque le professeur Lafayette propose désormais une encyclopédie du yôkai français, région par région. Apprenons en nous amusant !

Bien entendu, le professeur Lafayette, son doctorat en yôkaiologie et tous les soi-disant yôkais de cet opuscule sont de pures inventions de l’auteur, le Franco-Japonais Christophe Kourita. Une initiative étonnante et pleinement réussie : compilant des légendes plus vraies que nature, prenant place aussi bien à Paris que dans des recoins confinés du Jura ou de la Bretagne, Kourita nous expose une succession de petits contes mêlant à la perfection esprit japonais et ambiance bien française.

Mélange parfait des deux cultures

Fait essentiel sur lequel repose toute la force du livre : l’auteur maîtrise parfaitement la culture des régions dont il parle, bien plus que la majorité des mangakas évoquant la France (dont ils n’ont à l’évidence qu’une vision documentaire, un exemple récent étant donné par Les Gouttes de Dieu et sa vision de carte postale). Évoquant avec une grande justesse aussi bien les terrils du Nord que le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, la marée galopante du Mont-Saint-Michel que les bûcherons jurassiens, Kourita nous emmène aux six coins de l’Hexagone et propose de courts récits édifiants, cruels ou simplement beaux. Les yôkais imaginés pour l’occasion semblent effectivement tout droit sortis de l’imagerie nippone classique, popularisée notamment par les films récents d’Hayao Miyazaki (Princesse Mononoké, Le Voyage de Chihiro, Ponyo sur la falaise…). Avec des ajouts indéniablement français (le jeu de mot composant le nom du yôkai dit « le Plantureux », homme-plante distribuant des richesses, est déjà en soi représentatif).

Seule ombre au tableau, son « professeur Lafayette », artifice narratif puéril et sans intérêt, dont les apparitions à chaque fin d’histoire viennent casser le merveilleux ambiant par un gag poussif. Sans doute la seule faiblesse d’un album réellement fascinant, qui laisse augurer d’un tome 2 au moins aussi intéressant, tant il reste de régions françaises riches en potentiel. Sur son blog, Kourita annonce des noms prometteurs (le trac de l’Opéra, le feu furieux, l’araignée de confessionnal, les moines feuillus…). On se prend d’ailleurs à regretter l’absence de références à de vraies légendes, qui auraient largement pu relever de yôkais (la Dame blanche, le Dahu ou encore la foultitude de légendes bretonnes comme l’Ankou…). Mais les créatures originales imaginées par l’auteur sont si savoureuses que le regret ne dure pas.

Encyclopedia Diabolica, tome 1, textes et dessins de Christophe Kourita, éditions Ankama, collection Araignée.

Cette semaine, gagnez un exemplaire de l’Encyclopedia Diabolica avec Rhinocéros et Ankama !

Une réflexion sur “Encyclopedia Diabolica : tour de France des yôkais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *