Dom_Juan_thumb
Dom Juan ou le festin de pierre de Molière

Tentation morbide

Jusqu’au 11 novembre 2012, Comédie-Française

Entre sa place unique dans l’œuvre de Molière et son ton oscillant entre comédie et tragédie, Dom Juan n’est pas une pièce des plus faciles à monter. Avec aux commandes un metteur en scène aussi aguerri que Jean-Pierre Vincent et le rôle titre tenu par le vibrant Loïc Corbery, la Comédie-Française en présente une version attendue. Le résultat se révèle pour le moins décevant.

Faisant foin de toute morale, Dom Juan est un homme qui se rit des bonnes mœurs et suit pour tout destin la moindre palpitation de son cœur d’artichaut. Bien sûr, nul n’est dupe : derrière un tel acharnement à ne pas s’attacher, à piétiner les valeurs de son rang et de son époque, se cache forcément une faille terrible. On devine la blessure narcissique derrière l’obsession à séduire, la pulsion mortifère qui pousse toujours plus loin. Trop loin.

C’est cet aspect morbide qui ressort d’entrée de jeu dans ce Dom Juan. Maquillé comme un fantôme, Loïc Corbery dégage un mal-être presque adolescent – un besoin d’exister à travers la rébellion et la colère. Pourquoi pas, le choix n’est pas inintéressant, mais en poussant l’acteur tout de suite dans cette direction, son metteur en scène nous prive de toute évolution. Malgré tout son talent, Corbery ne peut du coup pas explorer la séduction ou la légèreté qui devrait marquer le premier acte.

Sans charme

Lorsque Dom Juan explique à son valet Sganarelle le pourquoi de sa conduite, on ne sent ni plaisir, ni gourmandise, encore moins de joie. Non, c’est une force noire et batailleuse qui semble faire avancer ce Dom Juan-là, posant un problème de taille : comment peut-on tomber amoureux d’un tel homme ? Le personnage devient incompréhensible, car sans charme. On est bien en peine de saisir pourquoi Elvire s’en est éprise, ou pourquoi Charlotte, la paysanne aux pieds bien sur terre, fond devant lui.

Cette direction d’acteurs problématique ne se limite pas à Dom Juan. Si dans le rôle de Sganarelle Serge Bagdassarian, acteur rompu à la comédie, arrive à nous faire rire grâce à quelques morceaux de bravoure, la plupart des personnages manquent cruellement d’épaisseur. Les comédiens ne semblent pas être en relation les uns avec les autres, et donnent souvent l’impression de simplement réciter leur texte plutôt que de l’incarner. Le jeu n’est presque jamais dans le corps, renforçant la sensation d’interprétation inhabitée.

Plutôt que ces décors imposants, des personnages subtils et donc crédibles auraient mieux rendu justice au texte de Molière et à l’incroyable objet d’amour-haine que représente Dom Juan. Quant à la pirouette finale que s’autorise Jean-Pierre Vincent, avec un Dom Juan même pas mort, elle vient sceller le point d’interrogation qui nous a taraudés pendant toute la représentation : pourquoi ?

Dom Juan ou le festin de pierre de Molière, mise en scène de Jean-Pierre Vincent, Comédie-Française (Théâtre éphémère).
Avec : Loïc Corbery, Serge Bagdassarian, Suliane Brahim, Alain Lenglet, Julie Sicard, Clément Hervieu-Léger, Pierre Louis-Calixte, Jérémy Lopez, Jennifer Decker.
Crédits photographiques : Brigitte Enguérand.

5 réflexions sur “Dom Juan ou le festin de pierre de Molière

Tentation morbide

  1. Eddie [48];My point is that we don’t know the formula. The ‘government job for life’ bureaucrats DO know the formula — namely what the rules allow and prohibit dispensing, where they can get away bending the rules without drawing heat to themselves — whether the bending is to the benefit or the detriment of any particular applicant at the whim of the particular employee.When I worked for the Fed Gov’t, my boss told me that there isn’t ONE Office of Federal Widgets… there are thousands of them, each occupied by one employee just like you. Policy will therefore vary on the margins from one such office to the next.

  2. This youtube layout hurts to look at. I'm not even trying to joke. I look at it and theres no dividers or anything. You can take away the yellow subscribe button and take away the avatars(not that I would miss them because I would), but AT LEAST organize it. It's a complete mess! No dividers is the serious bit of it all. It's a pain on the eyes and my father doesn't even know where anything is. It's basically inaccessible for the elderly now. Great!!!!

  3. Yes, your next assignment is coming soon!! but I have something to show you before that. It should be ready in a couple of days. Thanks for your patience.By the way, I love the idea of your A-”maze”-ing Sight Words so much. The order of the words in a sentence makes the right path to the goal, right? No wonder your kid loves it. Great idea!

  4. Hi Ted! There are so many talented people out there, I figure why not have a little fun? My readers often get me better than I get myself! Some of the entries so far are fabulous! Glad you liked my snappy title. It only took 4.3 bajillion minutes to come up with that one.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *