troilus_thumb
Troïlus et Cressida de William Shakespeare

C’est ton destin

Jusqu’au 5 mai 2013, Comédie-Française

Tragédie rarement jouée, Troïlus et Cressida appartient à ce que les exégètes considèrent comme les pièces « à problèmes » de William Shakespeare. Peu explicite sur certains points, verbeuse dans ses grands discours politiques, et dotée d’une fin qui laisse de nombreux fils narratifs irrésolus, Troïlus et Cressida pose un véritable défi de mise en scène. Jean-Yves Ruf, entouré de la troupe du Français, en donne une version élégante mais trop sage.

La guerre de Troie est en suspend. Les Grecs sont aux portes de la ville, tandis que les Troyens les observent. Les guerriers doutent, se questionnent, et n’ont qu’un mot à la bouche : leur « honneur ». Étrange période où ces héros monstrueux se rencontrent en ambassade et dînent ensemble pour mieux se défier le lendemain. Au milieu de la politique et des ambitions valeureuses, Troïlus, fier soldat troyen, tombe amoureux de Cressida dont le père est passé à l’ennemi. Elle ne résistera pas longtemps à ses avances, prononçant avec lui des vœux d’amour absolu. Mais lorsque les Grecs la réclameront contre un prisonnier troyen, Troïlus acceptera l’échange… Pris dans les bourrasques de l’Histoire, même les amoureux ne peuvent échapper à leur destinée.

Troïlus et Cressida est une pièce pleine de fureur, de guerre et de sexe. Outre la relation entre les personnages titres, Achille préfère explicitement les plaisirs partagés avec Patrocle à ceux de la bataille. C’est toute cette dimension sensuelle, très ancrée dans le corps, qui manque à cette version et l’empêche de nous transmettre la passion des personnages. Les seules compositions plus physiques sont celles d’Ajax, guerrier vaillant mais abruti, et de Therside, soldat difforme – des compositions qui fonctionnent très bien, mais isolées au milieu d’une direction d’acteurs privilégiant une approche plus cérébrale qui manque de vitalité et de rugosité.

Fresque ample, Troïlus et Cressida bénéficie des larges moyens de la Comédie-Française : grande distribution, superbes costumes et décors. Peu de troupes ont aujourd’hui les moyens de revisiter ainsi ce texte. Des choix plus affirmés auraient été d’autant plus appréciables pour en faire ressortir toutes les saveurs et toute la folie.

Troïlus et Cressida de William Shakespeare, mise en scène de Jean-Yves Ruf, Comédie-Française.
Avec : Stéphane Varupenne, Georgia Scalliet, Loïc Corbery, Éric Ruf, Michel Vuillermoz, Gilles David, Jérémy Lopez, Sébastien Pouderoux…
Crédits photographiques : Christophe Raynaud de Lage.

Une réflexion sur “Troïlus et Cressida de William Shakespeare

C’est ton destin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *