pompieres_poetesses_thumb
Les Pompières poétesses

Amis de la poésie, bonsoir !

Le 21 mars 2014, Gare au Théâtrere

Ces Pompières poétesses, loin d’éteindre les feux, sont plutôt du genre pyromanes : elles entretiennent la flamme de la poésie et soufflent sur le brasier des mots. Habitué des lieux insolites, l’étonnant duo intervient aussi bien dans des laveries qu’au fil de déambulations diverses ou pour égayer les intermèdes de différents festivals. Le temps de quelques dates, elles font leur première apparition sur une scène plus classique de théâtre. Une petite heure de bonheur, juste de quoi donner envie de déclencher l’alarme incendie pour les voir revenir très vite !

Les Pompières poétessesLe principe est simple : deux pompières poétesses délimitent avec quatre plots un espace poétique. Entrer dans cette zone, c’est entrer en poésie. Dès qu’elles s’y trouvent, les comédiennes interprètent des textes mis en scène avec légèreté et humour. Elles craquent Les Trois Allumettes de Jacques Prévert, Le Mot de Victor Hugo part dans une course folle, Pablo Neruda résonne simultanément en espagnol et en français… Chaque poème s’offre comme un mini-récit et c’est tout le talent des Pompières que de parvenir à renouveler l’exercice sans lasser ni se répéter.

Un autre charme du spectacle est l’interactivité ludique avec le public. En tirant des fiches au sort, ce sont en fait les spectateurs qui déterminent l’ordre des poèmes présentés. Durant ces courts interludes, les Pompières s’amusent avec le public, évoquent en quelques mots l’auteur, ou trinquent à la santé des rapports tumultueux entre poésie et alcool.

Rien ne se prend au sérieux dans cette petite forme, mais le sous-texte est clair : les Pompières défendent l’amour des mots, le respect des auteurs et une envie profonde de partage. Derrière les sourires et les rires, l’émotion est prête à affleurer comme dans le récit d’une traite de L’Écho du corps de Ghérasim Luca qui va voler jusqu’à son dernier souffle à l’une des comédiennes afin de nous en livrer le texte.

Les Pompières poétesses réussissent une intervention tout en humour et en finesse, mêlant auteurs célèbres et moins connus. Une brigade de choc pour venir à la rescousse du plaisir des mots, des résonances et des belles trouvailles. Comme l’a dit Octavio Paz : « Les hommes se servent des mots ; les poètes les servent. »

Les Pompières poétesses, mis en scène par Romain Puyuelo, Gare au Théâtre.
Avec : en alternance, Juliette Allauzen, Delphine Briard et Émilie Chevrillon.
Crédits photographiques : Alejandro Guerrero.

3 réflexions sur “Les Pompières poétesses

Amis de la poésie, bonsoir !

  1. c’est bien ; nous irons les voir et enverrons nos amis aimant la prose ou le vers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *