peer_gynt_thumb
Peer Gynt de Henrik Ibsen

Drôle de cirque

Jusqu’au 8 juin 2014, théâtre de La Tempête

Entre poème musical et théâtre, Peer Gynt est une œuvre iconoclaste et inspirée tenant une place à part dans les écrits de Henrik Ibsen. Le personnage principal, antihéros prétentieux, fainéant et menteur, plonge dans des aventures au caractère plus fantastique que réaliste. Ce n’est qu’au bord de la mort, après une vie de pendard, qu’il comprend enfin le sens de l’existence. La mise en scène de Christine Berg emmène la pièce à la fête foraine, avec un résultat mitigé.

Peer GyntLa scénographie évoque une piste de cirque, avec en fond sa baraque de saltimbanques quelque peu fatiguée – une mise en espace accompagnée en bord de plateau par les musiciens Gabriel Philippot et Julien Lemoine. Un cirque comme point de départ de Peer Gynt : l’idée est séduisante pour lui qui ne va cesser de changer de rôle dans la quête incessante d’une vie facile et idéalisée, non sans rappeler l’illusion du monde du spectacle. De mariée kidnappée aux douceurs du monde oriental en passant par le peuple des trolls, Peer part dans une folle fuite en avant, pensant échapper à la colère des gens de son village, à ses responsabilités. Il croit se chercher mais se perd toujours et encore.

Dans le rôle-titre, Antoine Philippot donne une performance très physique et impliquée de bout en bout. La distribution est par ailleurs inégale. Si certains seconds rôles tirent leur épingle du jeu, d’autres manquent de force. Les émotions peinent à parvenir aux spectateurs, faisant retomber l’énergie du spectacle. De façon générale, la fantaisie manque ici de folie et l’on peut regretter que Christine Berg n’injecte pas une dimension plus onirique à l’ensemble – un supplément de poudre aux yeux qui soulignerait tout autant la fable que la veulerie de Peer.

Si la sincérité de la proposition n’est pas à remettre en question, cette version de l’épopée Peer Gynt manque finalement de souffle. Elle reste au centre de la piste, sans la déborder, n’osant se lancer à corps perdu dans le bruit, la fureur et le rire démesurés de cette fresque existentielle.

Peer Gynt de Henrik Ibsen, mise en scène de Christine Berg, théâtre de La Tempête.
Avec : Moustafa Benaibout, Loïc Brabant, Céline Chéenne, Vanessa Fonte, Marine Molard, Antoine Philippot, Stephan Ramirez et les musiciens Gabriel Philippot, Julien Lemoine.
Crédits photographiques : compagnie Ici et maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *