timthumb

Edito – Rhinocéros soutient les intermittents

Depuis déjà quelques mois, les artistes et techniciens tirent la sonnette d’alarme : le Medef est sur le point d’obtenir la modification des statuts de l’intermittence. Concrètement, ce nouvel accord fragilise des corps de métier déjà très précaires en allongeant les périodes de carence avant de pouvoir bénéficier d’une indemnisation en période de chômage.

Loin, très loin, d’être les profiteurs que certains veulent pointer du doigt, les artistes et techniciens ne choisissent pas de ne pas être employés en continu. C’est la nature même de leurs emplois qui l’impose. De plus, ils acceptent très souvent de donner des heures non rémunérées (et donc non prises en compte dans le calcul de leurs indemnités) pour qu’un projet se monte : de nombreux spectacles voient le jour grâce à des équipes prêtes à ne pas être payée pendant tout ou partie des répétitions. Parce que ces passionnés croient en l’art, en la rencontre entre des idées, des musiques, des chorégraphies, des textes et nous, le public.

En tant que critiques, nous qui suivons au plus près le résultat de tous ces efforts et qui tendons un miroir exigeant à ces artistes et techniciens, c’est une évidence de leur dire aujourd’hui que, oui, nous sommes à leurs côtés et nous les soutenons dans leur lutte pour conserver les droits qui leur permettent jour après jour, représentation après représentation, de nous faire rêver.

Delphine Kilhoffer
Directrice de publication

Une réflexion sur “

Edito – Rhinocéros soutient les intermittents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *