macbeth_the_notes_thumb
Macbeth (The Notes) d’après William Shakespeare

Possédé par le théâtre

Jusqu’au 27 juillet 2014, théâtre du Roi René – AVIGNON

On connaît depuis longtemps la passion de Dan Jemmett pour les textes de William Shakespeare : Macbeth (The Notes) est un projet à la mesure de cet amour. Après un filage, à quelques jours de la première, un metteur en scène donne ses retours à l’équipe artistique. De répliques oubliées en effets techniques loupés, rien n’a échappé à sa vigilance… et bientôt il se laisse emporter par la pièce elle-même, se mettant à interpréter tous les personnages. Le résultat est un brillant seul en scène polymorphe dans lequel David Ayala livre une performance de haut niveau.

Armé d’un épais cahier où il a pris de copieuses notes, un metteur en scène investit le plateau et s’adresse aux comédiens et techniciens : Stéphanie et Jean-Marc, les interprètes du couple Macbeth, Marco et ses cinq rôles, Reiner le vidéaste… La pression monte alors que la première représentation publique approche. Tout doit être parfait, or, on est loin du compte ! Qu’il Macbeth (The Notes)explique à ses comédiens qu’il faut accompagner le public et non aller le chercher, ou qu’il pète les plombs parce que le régisseur n’utilise pas le bon son de cloche, on voit comment le metteur en scène se débat pour imposer une vision, donner une cohérence d’ensemble.

Jemmett et Ayala aiment et connaissent bien le théâtre. Ils prennent un plaisir évident à inventer ce personnage de metteur en scène drôle, coléreux, vivant, truculent, jouissif en diable dans sa folie grandissante. Car comment mettre en mots une vision ? Pour tenter de se faire comprendre il fait feu de tout bois et utilise les paraboles les plus inattendues – de Bip-bip et le Coyote à Lady Macbeth en météore. Il s’investit corps et âme, finit par jouer les différents rôles, montrant alors une force émotionnelle tout en sobriété. Les passages où le metteur en scène se fait interprète soulignent un mécanisme insaisissable : comment le grand bazar et les incertitudes des répétitions vont donner vie à un spectacle. Ils soulignent également cet aller-retour unique entre l’artiste et le texte : plus il essaye de s’approprier l’œuvre de Shakespeare, plus elle le possède.

Tout au long de Macbeth (The Notes), David Ayala – fort bien dirigé par Dan Jemmett – montre une fois de plus qu’il est un excellent comédien capable d’un investissement total, aussi bien émotionnel que physique. Il virevolte, rugit, s’amuse, s’emporte, se moque, s’inquiète, change toujours et encore au rythme de ruptures impeccables. Avec ce spectacle, les deux complices ont réussi une irrésistible déclaration d’amour à leur art – que vive le théâtre !

Macbeth (The Notes) d’après William Shakespeare, mise en scène de Dan Jemmett, théâtre du Roi René.
Avec : David Ayala.
Crédits photographiques : Compagnie Les Petites Heures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *