fugue_thumb
Fugue en L mineure de Léonie Casthel

Presque une femme

Jusqu’au 18 novembre 2014, théâtre de Belleville

Paris, la nuit. Une ado en rollers, minijupe et grand sweatshirt informe observe les putes, fascinée. Elle se débat dans cet entre-deux bizarre où l’on n’est plus une enfant mais pas encore une femme. Un âge où les vérités se font et se défont au fur et à mesure que l’on comprend les codes et les enjeux du monde des adultes. Fugue en L mineure se présente comme un voyage initiatique, le temps d’une nuit d’escapade traversée de flashbacks. Un premier spectacle ambitieux.

fugue1La grande force de Fugue en L mineure est sans aucun doute son interprète principale, Lola Roskis-Gingembre. Elle capture parfaitement l’énergie de l’adolescence – le tumulte de rage, d’enthousiasme, d’incompréhension, de curiosité et de désirs qui peinent à se nommer. Coincée entre un père à l’autorité vieux jeu, une mère dépressive et une sœur ayant pour seule préoccupation les garçons, pas facile de trouver sa juste place.

Qu’est-ce qu’être une femme et comment le devient-on ? Des questions passionnantes que le texte tente d’explorer, quitte à se perdre parfois dans de trop nombreuses directions – l’ensemble aurait gagné à avoir une trame plus resserrée et surtout moins bavarde. Nous suivons les pensées du personnage principal et ni l’écriture ni la mise en scène ne laisse la place à des temps de respiration permettant à l’émotion de se déployer. La parole omniprésente, la musique live et les projections vidéo créent un trop-plein, même si par ailleurs les jeux d’ombres, eux, apportent une dimension fantasmée nettement plus intéressante. Et c’est finalement dans les rares moments où elle se fait plus sobre que la mise en scène est la plus convaincante, avec quelques scènes fortes comme le face à face final entre les deux parents.

Le travail et la conviction ne manquent pas à cette jeune équipe, mais Fugue en L mineure aurait besoin de s’affiner pour vraiment nous convaincre.

Fugue en L mineure de Léonie Casthel, mise en scène de Chloé Simoneau, théâtre de Belleville.
Avec : Lola Roskis-Gingembre, Julie Ménard, Benoît di Marco, Mehdi Harad, Blandine Pélissier, Leïla Tabaï et Ignacio Plaza.

2 réflexions sur “Fugue en L mineure de Léonie Casthel

Presque une femme

  1. maravillosa puesta en esena, formidable actuación dre todos sus componentes y sugfestiva música que llegan al espectador en una historia original y magnifica

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *