la_demande_thumb
La Demande en mariage & L’Ours d’Anton Tchekhov

Carnages amoureux

Jusqu’au 31 janvier 2015, théâtre du Lucernaire.

Dans ces deux comédies sur le couple, Tchekhov croque l’éternelle complexité des rapports hommes-femmes. Incapable de s’écouter, on se traite de tous les noms, on crie, on s’étripe, avant de s’embrasser éperdument. La mise en scène très enlevée sert parfaitement l’action dans laquelle les comédiens se donnent à corps perdu, laissant exploser tous les ressorts de leur talent. Léger, subtil et tellement vrai.

la_demandeDans La Demande en mariage, un homme vient demander la main de sa voisine au père de celle-ci. Mais les intérêts financiers de chacun provoquent un séisme dans ce qui s’annonçait comme une affaire entendue. Dans L’Ours, un différent financier est à l’origine de la rencontre qui va tourner au carnage avant de se transformer en une brûlante passion. Rien de tel que l’argent pour faire perdre la tête aux hommes et lorsque amour et intérêts financiers s’emmêlent, rien ne va plus, s’amuse à nous montrer Tchekhov.

Il y a de l’action à chaque instant dans ces deux comédies bien emmenées. La mise en scène y est pour beaucoup ainsi que le jeu très physique et plein d’énergie des comédiens qui mouillent leur chemise à mesure que la folie gagne. Besoin d’imposer son pouvoir et de dominer l’autre, cupidité, mauvaise foi, égocentrisme et autres travers bien humains se donnent alternativement en spectacle. Les interprètes jouent sur tous les registres avec une évidente jubilation et un engagement total. Ils proposent une partition très juste dans tous les registres, servant un texte d’une étonnante modernité. Effet comique assuré.

Même si, à plus d’un siècle d’écart, on peut espérer avoir évolué dans notre rapport à l’autre sexe, ces deux pièces restent très actuelles. Elles mettent à jour les profondeurs de la nature humaine qui sont à l’œuvre dans les rapports de couple pour les contrarier. Et en cela rien n’a véritablement changé.

La Demande en Mariage & L’Ours d’Anton Tchekov, mise en scène de Sophie Parel, théâtre du Lucernaire.
Avec (en alternance) : Sophie Parel, Roger Cantebardo et Philippe Collin ou Céline Perra, Iloicha Itovich et Laurent Richard.
Crédits photographiques : David Krüger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *