marcel_thumb
Marcel de Jos Houben et Marcello Magni

Clown is not dead

Jusqu’au 14 février 2015, théâtre des Bouffes du Nord

L’art du rire n’a guère de secret pour Jos Houben et Marcello Magni1. Les deux compères ont exploré la comédie sous tous les angles, ensemble ou séparément, au cours de leur riche carrière. Ce nouveau spectacle, Marcel, rend hommage au charme poético-physique du burlesque tout en évoquant le vieillissement. Un projet ambitieux qui, lors des premières représentations, laisse un goût d’inabouti.

marcelMarcel, clown plus tout jeune, se présente à un examen dont on ne découvrira que peu à peu la teneur et les objectifs. L’humour flirte ici souvent avec l’absurde, le contexte général important moins que l’intensité des moments vécus. C’est avant tout un spectacle visuel : le langage, peu présent, déraille comme toutes les autres actions de ce gaffeur professionnel de Marcel. Il se méprend sur le sens des mots, mélange plusieurs langues de la même façon qu’il trébuche sur le décor et s’éparpille dans des actions fantaisistes d’autant plus ridicules qu’il se heurte en permanence au très sérieux et impassible examinateur interprété par Jos Houben.

Dans le rôle-titre, Marcello Magni est, comme toujours, impressionnant dans sa capacité à se saisir d’un personnage à bras-le-corps. L’acteur a beau ne plus avoir 20 ans, il reste un virtuose du slapstick, cet humour hautement physique dans lequel les gags malmènent toujours plus le protagoniste – Buster Keaton en fut l’un des maîtres. Magni chute, roule et se cogne partout à qui mieux mieux, en véritable catastrophe ambulante. On rit facilement, d’autant plus que les deux comédiens ont su doser avec intelligence un mélange de gags épiques et d’autres plus subtils et poétiques.

La dernière partie, alors que l’institution veut enterrer un peu trop vite le clown qui n’a pas dit son dernier mot, est moins réussie. L’articulation entre le rire et le message de fond manque de fluidité. On reste sur sa faim, devant une idée intrigante mais pas assez creusée. Marcel n’en étant qu’à ses premiers pas, peut-être cet aspect évoluera-t-il au fil des représentations pour gagner en épaisseur – Houben et Magni en ont largement les capacités.

Marcel de Jos Houben et Marcello Magni, mise en scène d’Oria Puppo, théâtre des Bouffes du Nord.
Avec : Jos Houben et Marcello Magni.
Crédits photographiques : Pascal Victor.

  1. L’Art du rire est d’ailleurs le titre d’une conférence-spectacle avec laquelle Jos Houben a fait le tour du monde. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *