Mamie-rotie1
Mamie rôtie d’Yvan Corbineau

La vieille femme et l’enfant

Jusqu’au 15 mars 2015, théâtre Dunois

Comédien formé au TNS et créateur de l’Agence nationale de la poésie, Yvan Corbineau a plus d’une corde à son arc. Au chevet de sa grand-mère mourante, il écrit des fragments poétiques puis décide de les convoquer à l’occasion d’un spectacle jeune public étonnant. Se découvrent sur le plateau des machines et des stratagèmes pour illustrer/détourner un texte tendre, parfois cruel et toujours intelligent. Mamie Rôtie ne ressemble à aucun autre spectacle jeune public et possède le courage de proposer aux enfants une pièce avec ses abstractions et sa gravité – quitte forcément à heurter certains parents.

Mamie Rôtie n’a plus 20 ans et elle meurt doucement dans sa chambre. Yvan Corbineau l’observe : son corps dont la peau pend comme un pyjama d’enfant, ses lèvres sans mots et ses repas gélifiés. Le comédien-auteur prend des notes et révèle un univers textuel riche aux images malicieuses et souvent évocatrices – quand Mamie ne respirera plus, le lit, lui, continuera à respirer, nous dit-il. Il jongle avec les mots et les sons, et crée une matière poétique aussi concrète qu’abstraite, aussi rieuse que dramatique. L’ampleur des mots est ici à portée des enfants. D’ailleurs, leurs réactions étonnent : ils commentent, réagissent, s’évadent. La poésie offre un espace de rêverie où chaque spectateur reprend les commandes et interprète à sa guise l’histoire.

Mamie-rotie2De bric et de broc, le décor est essentiellement composé d’accessoires que le comédien manipule à vue. Chaque fragment poétique est ainsi l’occasion d’une vignette avec son style et son objet. Il n’existe pas à proprement parler de fil narratif à l’ensemble. L’écrit devient une tentative d’expression des émotions ressenties face à la disparition progressive de la grand-mère. Désarçonnante et émouvante, la fin évite le pathos et rappelle qu’on peut aussi rire de la mort. Les réactions dans la salle diffèrent et il est amusant de constater, encore une fois, que les plus choqués restent les adultes. Pas si éprouvés, les enfants, eux, nous donnent une bonne leçon et l’envie de leur proposer des œuvres toujours plus audacieuses.

Mamie Rôtie, écrit et mis en scène par Yvan Corbineau, théâtre Dunois.
Avec : Yvan Corbineau.
Crédits photographiques : Thierry Caron.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *