emma_thumb
Emma mort, même pas peur de Meriem Menant

Chair de poule

Jusqu’au 16 avril 2015, théâtre 71 puis en tournée

Toujours aussi généreuse, Meriem Menant alias Emma la clown est de retour à l’occasion d’un spectacle malicieux sur la mort. Avec son bagout usuel, elle interroge la fin pour mieux fêter la vie en initiant une action pas si simple : rentrer dans un cercueil et mourir volontairement. Inconstant, Emma mort, même pas peur cherche son sujet et peine parfois à tenir la cadence malgré des saynètes hilarantes. Mais la comédienne, elle, tient son public par la main et le promène à sa guise, et dans la joie.

EMMA MORT MEME PAS PEURHabituée des grandes questions existentielles, Emma la clown s’est auparavant déjà échinée sur la science, Dieu, la psychanalyse… Traiter de la mort fait donc logiquement partie du programme de la clown qui détricote pour les spectateurs la métaphysique du néant. Quelques accessoires suffisent, et pas des moindres : un cercueil, une bougie et un doudou à l’effigie de l’héroïne. Avec peu, Meriem Menant construit un canevas d’une simplicité désarmante mais efficace. Pris à parti, le public est mis à contribution et devient le témoin (voire le légataire testamentaire !) des expérimentations d’Emma.

Pourquoi la clown veut-elle mourir ? Là n’est pas la question tant la psychologie de comptoir n’est pas la bienvenue dans l’art des clowns. L’existentialisme, lui, montre son museau poétique. Et tandis que le spectacle s’achemine doucement vers une fin assombrie, plusieurs morceaux d’anthologie se succèdent (le chamanisme en peau de peluches, par exemple) injectant dans la mort à venir le rire de survie. L’ensemble de la pièce ne jouit pas de cette qualité à nous surprendre et les allers retours d’Emma pour s’installer ou non dans son cercueil ralentissent un ensemble inégal. En effet, si la thématique de la mort est bien présente, Meriem Menant ne creuse pas assez son sujet mortifère et la fin, pourtant de toute joliesse, n’apporte pas le soulagement poétique escompté tant les interrogations de la pièce restent trop souvent polies – quand on les aurait souhaité insolentes, insolentes comme la clown Emma.

Emma mort, même pas peur de Meriem Menant, mis en scène en Kristin Hestad, théâtre 71.
Avec : Meriem Menant.
Crédits photographiques : Pascal Gely.

Tournée :
05/05/2015 : Scène nationale 61, Flers
16/06/2015 : La Grande Dîmière – Fresnes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *