gare_de_l_est_thumb
Rendez-vous gare de l’Est de Guillaume Vincent

Parole vraie

Jusqu’au 12 avril 2015, Maison des métallos

Dans le cadre du festival Les Gens d’à côté, la Maison des métallos présente différentes expositions, spectacles et projections autour de la place que la société donne aux gens dits hors norme. Mis en scène par Guillaume Vincent, Rendez-vous gare de l’Est s’inscrit dans ce parcours et retranscrit fidèlement la parole d’une jeune femme maniaco-dépressive que le metteur en scène a rencontré régulièrement sur une période de six mois. Davantage qu’un documentaire précis sur la maladie, le spectacle met au contraire l’accent sur son héroïne, ses tracas quotidiens à travers (voire en dehors) des médicaments. Nommée pour ce rôle aux Molières 2015, la comédienne Émilie Incerti Formentini s’impose en réussissant à créer avec le public une relation intime.

gare-de-l-estLes lumières de la salle ne sont pas encore éteintes. Pourtant le spectacle commence. Assise sur une chaise d’écolière, Émilie Incerti Formentini prend la parole et immédiatement, un dialogue se joue entre le public et elle. Sans aucun temps mort, la langue se déploie et se fait d’autant plus vive et drôle que les anecdotes, elles, semblent tragiques. Des médicaments qui apaisent aux séjours à Saint-Anne, de sa vie de couple au désir d’un enfant impossible, l’héroïne se raconte et déplie sa vie. Le choix de Guillaume Vincent de n’avoir coupé ni les hésitations ni les répétitions ni les bredouillages de la femme qu’il avait interviewé, permet au texte de porter une histoire sans linéarité mais avec force contradictions et vitalité.

Émouvante et drôle, la comédienne manie l’art de la rupture avec subtilité et son jeu, fait de mille petites nuances, évite le piège si redoutable du pathétique et du malheur. Si l’espoir est ici malmené, le désespoir, lui, est prié d’aller se rhabiller. Au fur et à mesure que le temps passe, la salle s’obscurcit et le personnage sombre peu à peu dans ses noirceurs. Ici symbolisée par ces recours scénographiques très simples, la maladie grignote et isole. Le lien intime avec le spectateur ne se rompt pas. Au contraire, il se densifie tant l’intensité du jeu d’Émilie Incerti Formentini, tantôt pile tantôt face, engendre un véritable pouvoir de fascination. Comprendre la maladie, impossible. Avec beaucoup d’intelligence, le metteur en scène Guillaume Vincent ne fait allégeance à aucune tentation pathétique. En résulte une pièce sobre, belle, drôle et profonde – comme son héroïne.

Rendez-vous gare de l’Est, écrit et mis en scène par Guillaume Vincent, Maison des métallos.
Avec : Émilie Incerti Formentini.
Crédits photographiques : Éric Legrand.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *