une_famille_aimante_thumb
Une famille aimante mérite de faire un vrai repas de Julie Aminthe

Bon appétit !

Jusqu’au 28 juin 2015, Le Lucernaire

Dans la famille aimante, il y a la mère, Barbara, bien décidée à préparer un bon dîner avec les plats préférés de chacun. Il y a l’ado, Justine, 16 ans et déjà obnubilée par le fait de ne pas avoir de retraite quand elle sera vieille. Il y a le père, Victor, grand consommateur de lingettes pour combattre l’ennemi du foyer – les taches et les traces. Gabriel, le jeune fils de 14 ans qui navigue entre jeux vidéo et découverte du monde. Et puis il y a la grande sœur qu’on ne voit plus depuis qu’elle a sa famille aimante à elle, avec son barbu et son bébé.

une-famille-aimante1Le texte de la jeune dramaturge Julie Aminthe découvre comme on épluche un oignon, couche après couche, le vrai visage de cette famille qui vue de l’extérieur ressemble à tant d’autres. Que cachent les obsessions de propreté du père ? Les excès émotionnels de la mère ? Peu à peu, au-delà des rôles que chacun tient au milieu des siens, les failles se révèlent sans tomber dans l’écueil d’une approche trop explicative – des zones d’ombre persistent et c’est tant mieux. La fascination vient de la capacité de cette tribu à trouver une forme de fonctionnalité alors qu’elle est clairement dysfonctionnelle. Une famille aimante mérite de faire un vrai repas renvoie aux mécanismes de groupe comme aux stratégies personnelles avec l’option de survie ultime, à la fois enviée et haïe du départ vers une autre vie.

Le quatuor de comédiens se tire avec brio de situations souvent borderline demandant une jolie finesse. Ils amènent justesse et subtilité à leurs personnages, des qualités d’autant plus essentielles que tout repose sur l’empathie que nous développons pour eux. En plus de la direction d’acteurs réussie, le metteur en scène Dimitri Klockenbring a fait un travail de découpage lisible et efficace, reposant sur une démarcation claire des différents espaces de vie de la maison.

En à peine une heure, Une famille aimante mérite de faire un vrai repas parvient à nous communiquer un univers à la fois personnel et touchant, qui renvoie à l’éternelle question de sa propre place et de son rôle dans la folie familiale.

Une famille aimante mérite de faire un vrai repas de Julie Aminthe, mise en scène de Dimitri Klockenbring, Le Lucernaire.
Avec : Olivier Falez, Jean Bechetoille, Fanny Santer, Marie-Céline Tuvache.
Crédits photographiques : Cie Théâtre de L’Homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *