les_inseparables_thumb
Les Inséparables d’après Colas Gutman

Une famille formidable

Jusqu’au 12 juillet 2015, Théâtre Paris-Villette

En juillet et sous la canicule, le théâtre Paris-Villette accueille vos marmots ! Auteur du célèbre livre pour enfants Chien pourri, Colas Gutman a de l’humour à revendre. Son roman, Les Inséparables, est ici porté sur scène par une dynamique troupe de quatre comédiens farceurs. Si la mise en scène de Léna Bréban manque parfois de précision, on se laisse malgré tout gaiement entraîner dans cette comédie où le divorce s’appréhende avec les « yeux de la guerre » et des bons mots bien placés.

image-1Simon et Delphine ont conclu un pacte : faire en sorte que leur père et leur mère, récemment séparés, se rabibochent. Entre une belle-mère branchée choucroute, des coups de blues et des colliers de perle à enfiler, comment gérer l’affaire ?  Le classicisme du pitch n’empêche pas l’auteur Colas Gutman de pondre une œuvre drôle. En mettant en lumière certains personnages inattendus (le fils et la fille de Pierrette : proprement hilarants !), le récit concilie bonne humeur et finesse du propos. Derrière des panneaux-castelets, quelques accessoires et tentures suffisent à faire comprendre le lieu de l’action.

Cette façon presque marionnettiste de gérer les personnages dans leurs apparitions/disparitions par des systèmes de coulisses et d’ouverture/fermeture de fenêtres amène de la fantaisie et du dynamisme dans les enchaînements. Mais il suffit d’un accroc pour que cette mécanique (qui réclame perfection, comme toute mécanique) s’enraye : une main qui ne disparaît pas assez vite, un visage figé dont on sent poindre le relâchement avant qu’il ne soit plus à vue… La gymnastique de l’exercice doit être éprouvante pour les comédiens mais elle réclame une rigidité telle que les spectateurs ne doivent pas en sentir la difficulté – ce qui n’est ici pas toujours le cas. Mais ces détails techniques ne gâchent en rien le plaisir pris à la vision de la pièce. Amusés et amusants, les comédiens sont généreux – alors les rires le sont aussi.

Aborder la question du divorce pourrait être plombante : pas là ! Les héros Delphine et Simon sont des effrontés magnifiques et leur histoire régale tant elle décrit avec finesse l’ambivalence des sentiments ressentie par des enfants lors de la séparation de leurs parents. De fil en aiguille, l’histoire nous apprendra qu’à défaut de pouvoir changer les choses, on peut s’en accommoder avec superbe et rester tous soudés.

Les Inséparables d’après Colas Gutman, mis en scène par Léna Bréban, Théâtre Paris-Villette.
Avec : Rachel Arditi, Laure Calamy, Julie Pilod et Alexandre Zambeaux.
Crédits photographiques : Louise Arnal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *