NOTRE CRANE COMME ACCESSOIRE (Igor Mendjisky 2016)
Notre crâne comme accessoire par Igor Mend­jisky

Une mise en abyme du théâtre réussie

Du 08  au 26 mars au théâtre des Bouffes du Nord, durée environ 2h00 (pour y aller)

Ce spectacle, librement inspiré du Théâtre ambulant Chopalovitch de Ljubomir Simović et mis en scène par Igor Mendjisky, relate l’histoire d’une troupe de théâtre en tournée dans une petite ville occupée. Elle est confrontée à la violence des conflits armés, et cherche sa place dans une réalité dure. Il n’y a ici, a priori, pas de place pour le théâtre ou l’art en général.

Après une entrée en scène étonnante et un contact immédiat des comédiens avec le public, la compagnie Les Sans Cou livre ici un spectacle intéressant et intense, qui réussit à se placer en dehors de toute époque pour arriver au cœur de leur propos. Est-ce que le théâtre peut avoir une influence sur la réalité, lui qui est considéré par certains comme se étant dans la fiction et l’imaginaire ? Ou se limite-t-il à décrire des mondes parallèles au notre, presque dans le déni de ce qui l’entoure ?

Confrontation sur scène de la réalité et de la fiction

C’est justement de cette dualité entre réalité et fiction que va traiter la pièce, en suivant cette troupe de théâtre dans un village plongé dans la terreur et la guerre. Là où sa légitimité est remise en question notamment par les habitants et les difficultés qu’ils traversent, les comédiens tentent tant bien que mal d’exercer leur art. Ils occupent ainsi un théâtre abandonné, loué par un couple local. Les Bouffes du Nord, dont l’architecture marquée par le temps se prête particulièrement bien à ce parallèle, nous transportent grâce à la scénographie dans une installation bricolée où les personnages dorment, jouent et vivent en même temps. Celle-ci n’est certes pas exceptionnelle, voire assez kitsch et littérale, mais elle retranscrit bien une certaine ambiance, entre spectacle et ruine.

NOTRE CRANE COMME ACCESSOIRE spectacle Librement inspire du Theatre ambulant Chopalovitch, creation collective Les Sans Cou, mise en scene Igor Mendjisky au Theatre des Bouffes du Nord du 8 au 26 mars 2016. Avec : Clement Aubert, Raphael Charpentier, Helene Chrysochoos, Romain Cottard, Pierre Deaux, Paul Jeanson, Eleonore Joncquez, Igor Mendjisky, Arnaud Pfeiffer et Esther Van den Driessche (Photo by Victor Tonelli/ArtComArt)

Mises en abyme et interactions avec le public

La compagnie réussit ici à donner une lecture en plusieurs plans de la narration théâtrale : on assiste à un spectacle, mais aussi à des scènes de théâtre au sein-même du spectacle, les deux plateaux étant physiquement les mêmes. L’aisance des comédiens permet le passage de l’un à l’autre de façon fluide et naturelle. On est tantôt absorbés par le jeu, tantôt replacés dans notre propre réalité – celle de parisiens qui passent leur soirée au théâtre.

Spectateurs et acteurs entretiennent une relation de plus en plus intime au fil de la pièce, et les oscillations entre humour et intensité, entre légèreté et violence, sont menés avec aisance par une troupe dont le jeu semble sincère. Bien que les personnages puissent parfois avoir des attitudes caricaturales, il se caractérisent et prennent une dimension plus profonde au fil du récit. Finalement, chacun réagit avec les outils qu’il possède « lorsque la réalité devient insupportable » : pour certains ce seront le mouvement et l’action, et pour d’autres le recul que peut offrir le jeu. A la question « pourquoi faites vous du théâtre ? », l’un deux répondra « je ne peux vous répondre qu’en faisant du théâtre ». Et cela fonctionne.

Avec qui y aller ? Avec votre ami.e qui vous explique que l’art est secondaire en temps de guerre et « ne sert à rien », avec ceux qui ont envie de voir une troupe explorer un maximum de potentialités de jeu en se faisant plaisir.

Crédit photo : © Victor Tonelli | ArtComArt

Une réflexion sur “Notre crâne comme accessoire par Igor Mend­jisky

Une mise en abyme du théâtre réussie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *