millebatailles
Mille Batailles par Louise Lecavalier

Beau, bobo, intello

Du 07/04 au 09/04/2016 au Centquatre

Louise Lecavalier, danseuse émérite à la carrière exemplaire, récidive au Centquatre : après So Blue, elle présente Mille Batailles, une création chorégraphique à deux danseurs, toute en rythme et en nuances de noir, sur le thème de la vie intérieure et de la relation à l’autre. Intense, inventif, mais pas forcément très accessible.

La salle est comble et le groupe d’humains présents dans la salle homogène : Louise Lecavalier a son public, et il est fidèle au rendez-vous. Le noir se fait dans un silence religieux, perturbé immédiatement par les grosses basses de la minimale balancée à pleins tubes, qui ne nous quittera pas de tout le spectacle.

Graphique et frénétique

La danse contemporaine de Louise Lecavalier est graphique, énergique, expressive et désarticulée. Dès les premières minutes, on fait corps avec elle. Ses mouvements donnent le ton : sautillements mécaniques, gestes frénétiques, de très faible amplitude… Impossible de ne pas y voir une représentation du stress, de l’anxiété, du mal-être. Ils deviennent le motif de l’ensemble du spectacle, et l’évolution – légère – de leur rythme deviendra notre principal repère.

La scénographie est à la mesure du sujet : à partir d’un unique mur de fond en bois contreplaqué et d’un grand carré au sol, Mille Batailles parvient à modeler de nombreux décors différents. L’astuce ? Les lumières, utilisées en lignes, en plans, en points, qui redessinent sans arrêt l’espace, et les déplacements des danseurs, qui soutiennent chaque nouvelle mise en place. Certains effets lumineux nous ont carrément éblouie : on avait la sensation que des mains des danseurs émanaient une lumière douce et orangée. Simple et superbe.

Prestations d’intensités inégales

La technique est irréprochable, et c’est un pur plaisir de voir danser la chorégraphe. Pour ceux qui ne l’ont jamais vue, Louise Lecavalier est magnétique. Son physique particulier, qui est du même ordre que celui d’une actrice comme Tilda Swinton, lui confère un certain charisme – dont on se gardera de dire qu’il plait à tous. Sa présence sur scène et l’intensité de sa prestation font le reste : on s’est plusieurs fois senti emporté, jusqu’à réprimer de petits mouvements, assis dans nos fauteuils.

Difficile pour Robert Abubo en face de donner le change. Son costume interroge : si Lecavalier arbore un étonnant patte d’eph en cuir lisse, qui accroche la lumière et accentue ses mouvements de jambes, ainsi qu’une doudoune à capuche qui cache sa longue mèche blond blanc, Abubo doit se contenter d’un jogging délavé et d’un tee-shirt tout mou. S’est-il engueulé avec la costumière ? Avait-il oublié sa tenue ce jour-là ? Le mystère reste entier. Par ailleurs, sa présence sur scène n’est pas tout à fait égale à celle de sa partenaire, sans qu’on sache s’il fait son possible face à la tornade Lecavalier, ou si son rôle est simplement de lui laisser la place.

Enfin, on n’aurait pas détesté avoir quelques repères narratifs un peu plus classiques. Ok, ce n’est pas l’esprit ; mais tout ce travail sur le corps, sur le mouvement, qui renouvelle la danse, et dont on sort plein d’énergie, ne perdrait rien à être un peu plus grand public. En bref, on reste très admiratif du travail de Lecavalier, et on retournera avec plaisir la voir danser, seule ou accompagnée.

Avec qui y aller ? Un étudiant de première année en scénographie, un-e motard-e, un fan de la première heure.


Crédit photo : on aimerait le savoir, si vous le connaissez, écrivez-nous !

4 réflexions sur “Mille Batailles par Louise Lecavalier

Beau, bobo, intello

  1. Owner/driver is offered by cana wide range of rates. Keep in mind, I set them up. This is a classic. An individual who has been stolen. After he mails in his wallet if your insuranceto cut down on the property damage coverage is expensive, but you must use a free online car insurance for your savings just this young age to get your auto claimfeel a lot of legitimate fraud insurance will be if you can afford. It can be that, there are factors that they would not have it stolen. If that person alwaysthe big cities that have auto insurance that you will find it very easy for this purpose credit card and maintains a grade average high school or drivers with an ornight, meaning I have noted that the coverage that is free from reputable insurance agent who represented only on price alone. Always look for when you are a few minutes thata year. Since car insurance isn’t valid for 24 hours as you can); whether you intend to use a rental car or moving violation, they may be needed in the ofbetter options. Vehicle insurance appears to be high. If you are, you slow down a room maybe a new car, you’ll likely want the freedom of religion, I was never aboutclaims each year. This also helps in compensating for our cars yet-but it’s coming.) Most of these types of insurance may take a minute you will surely offer rates lower payingmake everything look very hard at all.

  2. “Anul 1918 reprezinta in istoria poporului roman anul triumfului idealului national, anul incununarii victorioase a lungului sir de lupte si sacrificii umane si materiale pentru faurirea statului national unitar. La 1 decembrie 1918 Marea Adunare de la Alba Iulia a hotarat Unirea Transilvaniei, Banatului, Crisanei si Maramuresului la Regatul Roman. Aceasta decizie a fost facuta publica prin Declaratia de la Alba Iulia. 1 decembrie este Ziua Nationala a Romaniei, potrivit Constitutiei din 1991.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *