header-2016-final copie
Le Rhino au…

Festival Impatience 2016

À l’approche de l’été, le Festival Impatience met à l’honneur un théâtre jeune et émergent. Il n’en fallait pas plus pour mettre à contribution tous les Rhinocéros : 8 pièces, 8 rédacteurs, l’équation était simple. Compte-rendu.

festival2

Contrairement au festival Pulp, que le Rhinocéros avait couvert en avril, Impatience est un festival qui s’étire dans la durée : pendant une semaine, plusieurs pièces se jouent chaque jour, jusqu’au samedi fatidique de la remise des prix. En jeu, pour le lauréat : des représentations dans une dizaine de lieux de théâtre connus pour leur avant-gardisme, mais aussi – nouveauté 2016 – au très institutionnel festival d’Avignon. Et, pour ceux qui ne seraient pas distingués au terme de la cérémonie, la possibilité de se faire (bien) voir de professionnels et influents du secteur.


Iliade par la Cie À tire d’aile — Prix des Lycéens + Coup de ♥ du Rhino
Texte : Pauline Bayle d’après Homère | Mise en scène : Pauline Bayle | La jeune metteure en scène Pauline Bayle et le collectif À tire d’aile se saisissent du texte mythique d’Homère avec tact et énergie pour nous raconter, à leur manière, cette fabuleuse histoire.

Et, dans le regard, la tristesse d’un paysage de nuit par la Cie Lyncéus-Théâtre 
Texte : Marguerite Duras | Mise en scène : Lena Paugam | On a hésite à critiquer ce spectacle… Et finalement renoncé. On n’a pas du tout accroché au travail de Lena Paugam. Si vous êtes tenté, on vous conseille de vous faire votre opinion par vous-même.

L’Homme sans but par le collectif Mariedl
Texte : Arne Lygre | Mise en scène : Coline Struyf | Au début, on s’est dit que ça allait être long. Et puis on a commencé à sentir que quelque chose clochait. Les personnages sont nerveux, sur leurs gardes. Ils parlent, mais ne communiquent pas. Qu’est-ce qui ne va pas chez eux ?

Lotissement par le collectif Man Haast — Prix du Jury
Texte : Frédéric Vossier | Mise en scène : Tommy Milliot | Un trio relationnel étrange et malsain, entre un jeune homme, son père et la compagne de ce dernier, qui prend place dans le pavillon de banlieue du père.

THÉÂTRE par Interpréludes
Conception et mise en scène : Marcus Borja | Critique à venir

Non c’est pas ça ! (Treplev variation) par le collectif Le Grand Cerf Bleu — Prix du Public
Texte : Anton Tchekhov et écriture collective | Mise en scène : Laureline Le Bris-Cep, Gabriel Tur, Jean-Baptiste Tur | Critique à venir

BIG SHOOT par La Camara Oscura
Texte : Koffi Kwahulé | Mise en scène : Alexandre Zeff | Pour cette pièce, le Rhinocéros était aux abonnés absents. Ceux qui l’ont vu et voudraient nous faire part de leurs avis sont les bienvenus !

ADN Acide DésoxyriboNucléique par la Cie L’An 01
Texte : Dennis Kelly | Mise en scène : Yohan Bret | Un texte où le jeu, l’ambiance, le malaise devraient coller à la gueule plusieurs heures. Ici, on perd la force de l’histoire et les comédiens.


En 2009, Delphine Kilhoffer, chroniqueuse pour Culturofil et fondatrice du Rhinocéros, fait la critique d’un MacBeth d’une des premières éditions d’Impatience. Le festival est alors sous la houlette du théâtre de l’Odéon. Il est repris en 2010 par le CentQuatre et Télérama. Avec l’arrivée du théâtre de la Colline en 2014, et cette année d’Avignon, il s’ancre encore davantage dans un réseau institutionnel. Trop ? Difficile à dire. Le jeu et l’émotion n’étaient pas toujours au niveau des moyens déployés dans la scénographie ou encore la technique.

Mais cela ne change rien aux coups de cœur du Rhinocéros. Avec une certitude : la création scénique est partout, et pas seulement dans les salles à gros budget. Nous mettons un point d’honneur à varier les sujets. Vive le théâtre, et vive la jeune création !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *