affiches
Résolutions théâtrales 2017

Culture sans prise de tête

L’année nouvelle est arrivée et pendant encore quelques jours vous allez vous demander comment faire de 2017 l’année la plus cultivée, raffinée, inspirante et déjantée de votre existence. Evidemment, le théâtre et les spectacles font partie de vos priorités pour l’année. Donc vite, quelques astuces avant que la routine et la reprise s’imposent.

On se met en situation. Vous avez une heure pour programmer vos sorties 2017. Comment choisir celles qui vous plairont le plus, sans forcément être spécialiste ou particulièrement au courante des tendances ? Voici quelques astuces de la rédaction de l’ongulé.

1. Identifiez votre type spectacle de prédilection

Rien de plus frustrant que de sortir d’un spectacle avec l’impression d’avoir fait le mauvais choix. Ou pire, de faire un mauvais choix trois fois d’affilée. Avant de commencer vos recherches, listez rapidement le type de spectacles que vous aimeriez voir une fois par mois et mettez en face quelques exemples de salles qui les programment régulièrement.

Si vous savez déjà que vos spectacles préférés sont du type théâtre de boulevard, vos choix de salles seront sans doute très différents de quelqu’un qui liste en priorité la danse, la comédie musicale, le théâtre d’improvisation, l’opéra, les compagnies nouvelles ou encore le théâtre allemand des années 70. Passez quelques minutes sur chaque site et même si vous ne réservez pas dans l’immédiat, inscrivez-vous à leur newsletter.

Savoir ce que l’on aime et s’assurer de pouvoir assister à des spectacles qui nous feront plaisir permet d’être plus audacieux quant aux sorties additionnelles.

L’astuce de l’ongulé : échelonnez les spectacles dans le temps pour éviter la semaine “tout théâtre” fin février et le désert culturel de mars à mai.

2. Prenez quelques risques mesurés

Si vous êtes comme nous, une fois que vous avez votre dose de “prêt-à-kiffer”, vous aimez parfois sortir de votre zone de confort. Les programmations sont si riches qu’on peut prendre des risques – souvent mesurés – pour découvrir des spectacles qu’on n’oserait pas forcément voir en temps normal.

Il peut s’agir de spectacles culturellement très différents. Par exemple, le Théâtre de la Ville et le Centre Culturel de Chine présentent chaque année un festival des opéras traditionnels chinois (en 2016 avec la Scène Nationale de Malakoff), et la saison 2015/2016 du Théâtre de la Ville s’était mise aux couleurs de l’année France-Corée pour proposer de nombreux spectacles coréens, dont Dancing Teen Teen et Dancing Grandmothers de Eun-Me Ahn et des opéras traditionnels revisités.

Lahola_TWPB_Gebirge_2016_Auswahl_A-6 - Copie
Auf dem Gerbirge hat man ein Schrei Gehört, Pina Bausch, Style Tanztheatre

De la même manière, ceux qui ne dévient pas souvent des classiques ou des valeurs jugées “sûres”, peuvent tenter des escapades vers la danse, le cirque moderne, les grands spectacles ou encore des productions de théâtres plus alternatifs. Si au contraire vous pensez être rapidement ennuyé par des textes classiques, tentez une sortie chez les experts des alexandrins – comme la Comédie-Française.

L’astuce de l’ongulé : choisissez ces quelques extras sans vous mettre la pression. Si vous n’accrochez pas, ce sera un spectacle parmi dix dans l’année et vous serez encore plus à l’aise avec vos goûts. Et puis si vous adorez, tout le monde aura gagné.

3. Repérez les festivals

On vous a sans doute déjà parlé d’Avignon : plus de mille compagnies, une programmation IN par les plus grands noms du théâtre, un florilège de pépites à découvrir. En 2016, l’équipe a vu des dizaines de spectacles et partagé ses impressions au jour le jour. Se rendre à Avignon demande un peu d’organisation et peut être un gouffre financier si on ne s’y prend pas à l’avance. Si vous souhaitez vous y rendre, profitez de vos résolutions pour bloquer dès janvier un logement sur place et des billets de train.

Mais les festivals de théâtre sont tout autour de nous. Prenez le temps de vous renseigner sur les festivals dans votre ville – ou dans vos destinations vacances les plus folles – et notez les dans votre agenda. Aujourd’hui. Car dans six mois vous aurez oublié.

L’astuce de l’ongulé n°1 : si le festival d’Avignon vous fait rêver, le IN est annoncé du 6 au 26 juillet, le OFF du 7 au 30. Soyez vigilants en mars lorsque les programmes sortiront. De manière générale, le IN est plus institutionnel (« théâtre public ») et le OFF plus hétéroclite.

L’astuce de l’ongulé n°2 : profitez de votre virée dans le Sud pour aller au Festival d’Aix-en-Provence (opéra, musique) du 30 juin au 29 juillet, l’occasion de faire également un saut aux Rencontres d’Arles de la photographie du 3 juillet au 24 septembre.

4. Abonnements : restez vigilants entre avril et juin

Souvent, les petits malins qui vous racontent toutes leurs sorties mensuelles sont abonnés à un théâtre. Ils ont bouclé les dates bien à l’avance et ne réfléchissent pas toute l’année aux spectacles qu’ils souhaitent voir. Par ailleurs, les formules des abonnements sont souvent plus économiques, surtout lorsqu’on s’y prend tôt.

Alors restez à l’affût dès fin avril, lorsque les différentes salles annoncent leur programmation et ouvrent la réservation des abonnements. Cela risque de vous prendre encore une petite heure de réflexion et de tâches administratives, mais vous assure une bonne base de spectacles pour fin 2017 et début 2018.

L’astuce de l’ongulé : ne tentez pas de prendre plus d’un ou deux abonnements par an, au risque de passer tous vos soirs au théâtre et de vous lasser. Sauf si vous êtes du genre passionné, mais dans ce cas, que faites-vous ici ?

5. Trouvez vos plaisirs théâtraux hors des salles

A priori ce cinquième point peut paraître surprenant. C’est plutôt une invitation à ne pas oublier que tous les spectacles ne se jouent pas sur les planches. Parfois, on peut se prendre une bouffée de théâtre derrière un écran, voire de manière presque inavouable sur YouTube. Certaines pièces ou styles ne se jouent pas dans notre ville mais peuvent être captivantes sur écran. Ce ne sera jamais la même chose que de voir un spectacle en vrai, quoi que certains spectacles restent merveilleux en film. Cela permet néanmoins de s’imprégner d’un univers et découvrir des spectacles disparus.

L’astuce de l’ongulé : n’oubliez pas de regarder les programmations des musées ou d’autres lieux de production culturelle, qui auront souvent des propositions proches de l’univers du théâtre. Les écoles de théâtre proposent aussi régulièrement des spectacles travaillés par des comédiens en devenir, comme Rituel pour une métamorphose de l’ESAD que nous avions vu l’année dernière.

 


Crédit photo Auf dem Gebirg : Bo Lahola et Jochen Viehoff
Crédit photo Les Damnés : Christophe RAYNAUD DE LAGE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *