Grand Finale -C Rahi Rezvani 2017 Paris_4
Grand Finale de Hofesh Shechter

Puissant, magnétique, surréaliste

Du 14 au 24/06/201è à la grande halle de la Villette, avec le théâtre de la Ville  | Durée : 1h30 avec entracte | Pour y aller

Eugène tres contentChorégraphe marquant s’il en est, Hofesh Shecheter n’a plus besoin d’introduction auprès des parisiens. Voilà déjà plus de cinq ans qu’il remplit le Théâtre de la Ville ou la grande halle de la Villette avec ses spectacles puissants et magnétiques, inquiétants et drôles. Grand Finale renoue avec son public habituel, et peut servir d’introduction à la danse contemporaine pour les moins avertis. Un spectacle à voir.

Pour raconter la danse, les mots sont trop légers. Cet article tentera plutôt de donner quelques éléments à ceux qui, comme nous, s’émeuvent de la danse sans en maitriser les ressorts ou le répertoire.

Hofesh Shechter : créateur d’un univers propre

En quelques années, il a su créer et affirmer son univers scénique : gestuelle alliant modernité et tradition, musique entre le le classique et l’électronique, configurations spatiales resserrées, un niveau sonore quasi rock avec des musiciens sur scène, des thématiques parfois très dures mais ponctués d’humour. Autant d’aspects des spectacles de Hofesh Shechter que ses adeptes apprécient et reviennent voir, année après année. D’ailleurs, son style de danse est si marqué, que l’on croit reconnaitre d’un spectacle à l’autre les danseurs de la compagnie, comme s’ils étaient devenus spécialistes d’une danse à la Shechter.

Grand Finale retient les principales caractéristiques de son univers, dans une tonalité plus sombre que ses premiers spectacles, plus agitée et morbide, mais plus intériorisée. Political Mother, Sun et Barbarians étaient plus ostentatoires, plus tournés vers le public. Ici, ce qui se dégage de la scène est un désarroi organisé, un questionnement brute, sans réponses.

Grand Finale -®Rahi Rezvani 2017 Paris copy

La voix de Shechter ne retentit pas, comme dans Barbarians, les moments de douceur et de rire sont plus rares que dans Sun, et aucune maxime finale ne vient soulever le public comme dans Political Mother. Hofesh Sheshter dit avoir essayé de capturer « une sensation du moment (…) représentative du monde aujourd’hui ». On sent effectivement le désarroi sur scène, les peurs de l’artiste dans un monde qui se referme, mais aussi la violence et la solitude. Et peut-être plus encore.

Un éblouissement, magnétique et surréaliste

Quelque soit votre rapport avec la danse, ce spectacle est étonnement accessible. On peut, sans connaissances fines de l’histoire de la danse, se sentir ému et happé par ce qui se passe sur scène. Combinant une imagerie forte et une musique omniprésente, Shechter ne laisse jamais son spectateur en suspens. Il y a aussi quelque chose de très humain dans la façon dont ces corps s’engagent et s’épuisent pour le spectateur, qui se sent proche de cette double humanité : celle du langage d’un corps qui danse et celle de la fatigue d’un corps qui donne tout. Si performance il y a, sans aucun doute, elle est investie par un désire d’offrir, et non d’atteindre une perfection esthétique. En cela, chaque corps résonne d’une beauté particulière sur scène.

Grand Finale -®Rahi Rezvani 2017 Paris_6 copy

Ainsi l’objet scénique crée sa propre force magnétique, renforcée par une luminosité quasi alien et une ambiance diurne, ainsi qu’une musique tantôt mystique tantôt transe. Des tableaux souvent sombres disent l’incertitude contemporain. Les corps alternent entre l’agitation extrême et l’atonie d’un moribond. On espère tout du long qu’une solution émergera, que ces corps isolés ensemble dans leurs angoisses trouveront une réponse, bâtiront un monde de lumière. Ce moment ne vient pas. Parce que le sujet est trop actuel. Parce que le travail est encore en cours. Parce que poser un constat précède les solutions. C’est beau.

Avec qui y aller ? Ceux qui bougent leurs corps, ceux qui s’épuisent, ceux qui aiment voir la sueur sur scène.


Crédit photo : Rahi Rezvani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *