namartphotoF-015-20161115-laviolencedesriches-343
La violence des riches de Stéphane Gornikowski par Guillaume Bailliart

La bourgeoisie pour les nuls

Du 7 au 23 juillet au Théâtre des Carmes puis en tournée* | durée : 1h15 | Pour y aller 

eugeneSalvatrice piqûre de rappel quant au pouvoir des plus riches dans la société, pour la préservation et l’accroissement de leurs biens. La pièce est inspirée du travail de Monique et Michel Pinçon-Charlot, sociologues de gauche, spécialistes du sujet en France. Le spectateur ressort de là en citoyen revigoré. Une Nuit debout, sauf que la pièce joue en matinée et que l’on est assis. Mais peut-être qu’à force le public va finir par se (sou)lever ?

On a tendance à oublier leur considérable pouvoir d’influence, aux Bolloré, Bettencourt, Dassault… et aux 500 autres noms souvent moins connus qui figurent chaque année au top des fortunes françaises. Quelques épisodes médiatiques nous les rappellent de temps à autre à la mémoire. Mais ils font bel et bien au jour le jour ce à quoi ils excellent : préserver leur patrimoine et l’accroître. Nul complotisme dans ce constat, de l’empirisme à l’état brut. Ils sont riches, et entendent bien le demeurer.

La richesse, c’est le patrimoine

Mais d’ailleurs qu’est-ce que ça veut dire riches ? Ils ont deux voitures ? Trois caves ? Ils gagnent 5 000 euros par mois ? Non, est riche celui qui n’a que faire de ce menu fretin et ne dépend en rien des revenus du travail pour mener grand train. La richesse, c’est le patrimoine !

Familial, économique, culturel, dans un sens ou dans l’autre, les riches ont du patrimoineLa Violence des Riches, ouvrage des sociologues susnommés paru en 2013, fait l’objet d’une adaptation dans le Festival Off d’Avignon de cette année. Le propos du livre : les plus nantis mettent tout — vraiment tout — en œuvre pour défendre leurs intérêts : lobbying des pouvoirs politiques, contrôles des médias… Comment rendre à la scène ces mécaniques de pouvoir ? Réponse : sous la forme d’une conférence gesticulée qui met fortement le public à contribution.

namartphotoF-006-20161115-laviolencedesriches-091

Engagés quoiqu’il arrive

Les trois comédiens – énergiques, quoiqu’un peu approximatifs le jour de notre venue – alpaguent le public, lui font lire des penseurs et articles, traversent les gradins… jusqu’à faire remplir à la totalité des spectateurs le fameux “test de bourgeoisie” en 20 points des Pinçon-Charlot, et à en extraire les résultats en direct. Résultat dans la salle : 100% de classe moyenne inférieure.

Nul désespoir cependant ! Mille alternatives au tout capitalisme nous attendent. À chacun de les saisir, rappelle la satire théâtrale. D’ailleurs, dans chaque ville où La Violence des Riches se produit, une partie de la pièce est réécrite pour mettre des initiatives locales à l’honneur. A Avignon, il est question d’une association qui oeuvre pour que le service de l’eau potable revienne dans le giron public.

Le spectateur alangui ressort en citoyen revigoré. Une Nuit debout, sauf que la pièce joue en matinée et que l’on est assis.

Avec qui y aller ? Emmanuel et Brigitte Macron.


Crédit photo : NAM.ART! photography

*Dates prévues :
– du 7 au 23 Juillet 2017, 10h : Théâtre des Carmes, Festival off d’Avignon
– du 27 août 2017, 10h50 : Fêtes des Solidarités, Namur (BE)
– le 4 octobre 2017, 20h : Scènes plurielles, Escautpont (59)
– le 13 octobre 2017, 20h : Théâtre de Vénissieux (69)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *