© Vincent Pontet
Construire un feu de Jack London par Marc Lainé

Une avalanche de créativité

Du 15/09 au 21/10/2018 au Studio-Théâtre de la Comédie Française | Durée : 1h10 | Pour y aller

Eugène tres contentCréé pour le Studio-Théâtre de la Comédie Française – lieu qui porte bien son nom car il est confiné ! – « Construire un Feu » dépeint un espace infiniment grand, enneigé et désertique rendu possible par l’ingéniosité de Marc Lainé et de son équipe, dans une scénographie qui fait appel à nos imaginations communes. Des décors agencés comme un puzzle. Des narrations en ping-pong : les descriptions d’un narrateur omniscient et les commentaires d’un canidé humanisé autour des grommellements d’un homme intrépide et imprudent. Entre théâtre, cinéma et performance, la magie opère autour de ce merveilleux trio d’acteurs.

Un destin glaçant 

La nouvelle de Jack London narre l’aventure d’un homme têtu décidé à traverser un lac gelé pour se rendre d’un campement à un autre. Bien que pragmatique, l’homme se refuse à écouter les anciens qui l’ont averti : au-delà de cinquante degrés sous zéro il est déconseillé de s’aventurer en solitaire. 

L’homme part seul, rejoint par un chien errant qui le suit dans l’espoir d’être réchauffé par la chaleur d’un feu. Sa route est longue mais son avancée du matin étant satisfaisante, il s’arrête pour déjeuner. Puis en reprenant sa route, les premiers incidents arrivent : son pied passe à travers la glace et s’enfonce dans l’eau glacée. Les conséquences peuvent être fatales et dans la précipitation il s’installe sous un arbre enneigé pour construire un nouveau feu. Rassuré d’être sauvé à temps, il ne s’attend pas à ce que la neige au-dessus de lui cède à cause de la chaleur et lui tombe dessus. De plus en plus gelé et paniqué il ne sait comment freiner les catastrophes qui s’enchaînent en boule de neige, sous le regard peu empathique du chien qui attend un nouveau feu.

Avec son discours de plus en plus ardent le narrateur accompagne de sa voix les gestes frénétiques et haletants de l’homme qui tente de se réchauffer au plus vite. La réponse en ping-pong des divers points de vues et actions s’alimentent avec intelligence et humour ! Un brin de cynisme, et beaucoup de justesse dans l’interprétation de ce très beau texte.

 

Western et film suédé 

Plusieurs espaces sont présents sur la scène, comme un puzzle que les comédiens recomposent avec les caméras qu’ils ont à leur disposition.

Deux maquettes miniatures de paysages de sapins enneigés sont placées de chaque côté de la scène. Un coin de la scène est habillé de quelques sapins à taille humaine. Au centre se trouve un écran pour incrustation. Le devant de la scène est recouvert de neige.

Dans ce bricolage adroit et soigneux, la création s’autorise tous les outils de mise en scène cinématographique comme le montage vidéo et ses fondus enchaînés, mais aussi des caméras sur pied ou épaule, des travellings, panoramas, ou plans zénithaux.

Le film suédé, expression empruntée à « Be Kind Rewind » de Michel Gondry, est le remake « fait maison » d’un film culte. « Construire un feu » pourrait être le film suédé, par exemple, de The Revenant de Alejandro González Iñárritu, de Jeremiah Johnson de Sydney Pollack et j’en passe… Autant dans sa BO très juste, son atmosphère planante et contemplative, la véracité du ton du récit, la justesse pour dépeindre l’histoire d’un homme solitaire, un « mountain man » à l’américaine qui survit au jour le jour.

Une composition magique et ingénieuse faite sous nos yeux, aux artifices savoureux qui raconte de façon limpide et passionnante le déclin d’un personnage voué à sa perte.

CONSTRUIRE UN FEU - De Jack LONDON - Mise en scene scenographie et costumes : Marc LAINE - Lumieres : Kevin BRIARD - Son : Morgan CONAN-GUEZ - Video : Baptiste KLEIN - Avec : Nazim BOUDJENAH - Le 12 09 2018 - A la Comedie Francaise - Photo : Vincent PONTET

SURVIVRE ou les lois de la nature

Cette défaillance humaine qui met en scène un personnage obstiné à ne pas écouter son environnement, qui s’acharne à se croire plus fort que lui, peut éventuellement nous interpeller pour un message plus large et universel dans ce monde où tout nous semble dû, où tout est pré-mâché, prêt à consommer.

Pour aller plus vite, il suffit de citer Marc Lainé : « (…) D’une façon souterraine, il s’agit là aussi d’une critique d’un rapport utilitariste au monde. Misère d’une humanité qui n’entend plus les lois naturelles ? »

En parallèle la question de l’imagination au théâtre peut aussi se poser. Car rarement un spectacle nous offre d’aussi belles propositions. Toute la beauté réside dans la création et la prouesse artisanale. La qualité de la mise en scène d’une richesse rare fait vivre et ressentir l’univers projeté et ce, de façon vivifiante !

 

Avec qui y aller ? Quelqu’un qui passe trop de temps dans son bureau, sa chambre, devant son ordi…


Crédit photo : Vincent Pontet, coll. Comédie-Française

Une réflexion sur “Construire un feu de Jack London par Marc Lainé

Une avalanche de créativité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *