2018-10-19 - AdP (36)
Au nom du père, du verre… Et paf par terre ! de et par Maryline Klein

Justesse à l’éthylotest

Du 16 au 20/10/2018 à la Maison des Métallos | Durée : 1h15 | Pour y aller

Eugène tres contentEncore une très belle pièce proposée par la Maison des Métallos dans son cycle « Récits de vie », ici, avec la Cie Les Marlins. Maryline Klein met en scène son texte avec deux actrices talentueuses – Chloé Bonifay et Sarah Horoks, aux naturels incandescents, et précision de barmaids chevronnés – qui se relayent dans l’histoire difficile d’une enfant de père alcoolique. 

Ambiance tamisée. Quelques lumières froides et crues, qui renvoient au frigidaire planté au milieu du décor. On plonge dans un univers d’anti-héros dépeint par les voix complices et complémentaires de deux femmes, qui ne sont qu’une narratrice : la fille unique de ce père en galère. Le point de vue d’une enfant un peu lunaire, tiraillée entre la lucidité, le drame, l’humour, la bienveillance. Et fatalement entre la vie et la mort : car on ne peut sauver le père… 

Une très belle mise en scène et une direction d’acteur pertinente, qui offre liberté et justesse, autant dans son choix de narration que dans son utilisation de musiques et d’extraits filmiques. 

« Au nom du père, du verre, et paf par terre » témoigne d’une violence omniprésente, d’un quotidien dangereux. De la dureté des regards posés sur l’alcoolique, qui en plus de subir sa pathologie, doit la vivre dans la honte. C’est une violence double donc. Et c’est l’urgence de la raconter, d’en témoigner pour ne pas l’oublier ni la nier. La force de s’émanciper d’un traumatisme, d’un malheur, pour le transcender. 

Avec qui y aller ? Quelqu’un qui chercherait à mettre des mots ou des images sur l’addiction.


Crédit photo : Agathe Hurtig-Cadenel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *