DSC04223
Data Mossoul de et par Joséphine Serre

Girl, interrupted

Jusqu’au 12/10 au Théâtre de la Colline | Durée : 2h35 | Pour y aller

eugene indifferent“Data” qui évoque les data center de la start-up nation et “Mossoul” qui renvoie aux exactions récentes de l’État islamique sont a priori deux termes éloignés voire antinomiques. Mais Joséphine Serre, que l’on connaissait jusqu’ici surtout pour avoir incarné Babou, la fille de Véronique Genest dans Julie Lescaut, les réunit dans un spectacle-choral, sorte de jeu de miroirs où se rejoignent et se répondent trois histoires en parallèle. A savoir celle d’une archéologue irakienne obligée de composer avec les nouveaux arrivants (Daech) en 2014 à Mossoul et celle de son alter ego, quelques années plus tard, une ingénieuse informatique à qui la mémoire de trois années de sa vie font défaut et dont l’entreprise vient de se voir confier par l’État la mission d’effacer tous les sites web obsolètes, soit la “mémoire ” d’Internet. Des milliers d’années plus tôt, le roi de Ninive, la cité antique sur les ruines desquelles on a bâti Mossoul, doit faire face à la trahison de son frère, le souverain de Babylone. “Data Mossoul” brille notamment par l’humour de certaines clins d’œil – les archives historiques conservées dans les légumes du potager et accidentellement consommées par les membres de la communauté des “effacés” d’Internet – ou le dynamisme des acteurs. Malheureusement, si le projet semble séduisant sur le papier, la pièce lance des pistes toutes plus intéressantes les unes que les autres sur les notions de mémoire et d’histoire, sans jamais se donner la peine de les creuser. D’autant plus regrettable qu’au bout de pratiquement trois heures, le spectacle semble se terminer sur une queue de poisson.

Avec qui y aller ? Un.e geek ou votre ami.e archiviste, si vous en avez un.e.

DSC04157


Crédit photo : Tuong-Vi Nguyen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *