crédit photo Frédéric Desmesure

J’ai dans mon cœur un General Motors par Julien Villa avec la compagnie « Vous êtes ici »

So what ?

Au Théâtre de la Bastille, puis à la Comédie de Valence les 6 et 7 avril. Durée 2h. Pour y aller. eugene pas contentLe projet était très ambitieux pour cette première création, conçue à partir d’une écriture collective. On aurait vraiment aimé se laisser emporter, mais ce spectacle déjanté nous a donné l’impression de privilégier le show au propos, oubliant son public derrière lui. LIRE LA SUITE
Schitz1

Schitz de Hanokh Levin

Affreux, sales et méchants

Jusqu’au 16 avril 2015, théâtre de la Bastille Après la création en 2000 de L’Enfant rêve, le metteur en scène belge David Strosberg poursuit son exploration des textes d’Hanokh Levin avec Schitz. Caustique, cruelle, mordante, scatologique, la liste des adjectifs décrivant la foisonnante écriture du dramaturge israélien est infinie. LIRE LA SUITE
Memories1

Memories From The Missing Room de Marc Lainé – Paris/Texas

Jusqu’au 7 octobre 2012, au théâtre de la Bastille Les États-Unis font et feront toujours rêver. Nombreux sont artistes qui ont tenté d’élucider ses mystères. Aux frontières du fantasme, Memories From The Missing Room évoque certaines routes sinueuses à la Wim Wenders ou certaines séquences hystériques à la Quentin Tarantino. LIRE LA SUITE
Quatrejumelles1

Les Quatre Jumelles de Copi – L’histoire sans fin

Jusqu’au 23 juin 2012, au théâtre de la Bastille Elles sont quatre. Elles sont jumelles. Elles sont pareilles. Elles nous font vivre cinquante minutes d’une ronde infernale dont la mort n’est pas même une issue possible. En mettant en scène Les Quatre Jumelles, Jean-Michel Rabeux fait l’aveu d’un théâtre absurde qui éclaire le non-sens de vivre. LIRE LA SUITE

Bullet Park d’après John Cheever – Quelque chose va craquer

Jusqu’au 22 décembre 2011, dans le cadre du Festival d’Automne à Paris, au Théâtre de la Bastille, Les banlieues pavillonnaires se suivent et se ressemblent. Pour leur nouvelle création, le Collectif des Possédés s’empare des sixties et revisite l’american way of life à travers l’adaptation du roman Les Lumières de Bullet Park de John Cheever. LIRE LA SUITE

Baal de Bertolt Brecht – Land of confusion

Jusqu’au 22 décembre 2010, théâtre de la Bastille Le protagoniste de Bertolt Brecht, Baal, porte le nom d’un des sept princes de l’enfer et c’est effectivement un enfer qu’il crée pour tous ceux qui l’approchent. Jeune poète alcoolique, il crache aux visages des bourgeois, couche avec des femmes qu’il abandonne aussitôt, ne se donne même plus la peine de se rendre à son travail, faisant – entre autres – le désespoir de sa mère avec qui il partage un appartement. LIRE LA SUITE

Parlement, une proposition de Joris Lacoste – La voix a la parole

Jusqu’au 30 janvier 2010, théâtre de la Bastille Parlement n’est pas une pièce à proprement parler, plutôt une expérience à laquelle on accepte de se laisser aller. Pendant une heure, Emmanuelle Lafon, seule en scène, enchaîne quasi sans interruption des courts extraits de discours, des bribes de conversation, des passages de publicités ou de dessins animés, des instructions, etc. LIRE LA SUITE