bestias_thumb
Bestias de Baro d’Evel Cirk

Fais comme l’oiseau

Jusqu’au 25 juillet 2015, La Villette

Peu de compagnies de cirque contemporain travaillent avec des animaux. Baro d’Evel Cirk fait partie des exceptions, intégrant des chevaux et, choix encore plus étonnant, des oiseaux à ses créations. Adepte du mélange, l’équipe ajoute aussi un univers sonore live et de la danse aux aspects plus purement circassiens de son travail. Leur dernière production, Bestias, offre de très jolis moments mais s’étire inutilement au risque de perdre le spectateur.

bestiasL’introduction de Bestias est particulièrement réussie : en petits groupes, les spectateurs suivent un guide silencieux dans un dédale de tentes rondes couvertes de mystérieux dessins tribaux. Les ombres de cavaliers croisent notre chemin. Des cages vident résonnent de rythmiques cristallines. Il est facile de perdre le sens de l’orientation et du temps dans ces cercles qui semblent pouvoir se multiplier à l’infini1, mais nous rejoignons une piste de cirque et nous installons dans les gradins pour découvrir la suite de façon plus traditionnelle.

La piste ne reste jamais vide : traversée par un cheval, un homme incapable de se relever ou une oiseleuse enchanteuse, le mouvement est au centre, toujours. La trame est ténue – on y parle de création, de commencement, du cycle de la vie, en oscillant entre des moments obscurs et d’autres expliqués par une boutade. L’équipe du Baro d’Evel Cirk cherche et compose, mais se heurte à un problème d’écriture d’ensemble. Bestias peine à trouver son équilibre entre beaux tableaux circassiens, prouesses de dressage et un jeu plus maladroit, où le rythme se confond avec la précipitation. Reste des moments magiques, comme l’excellent numéro de Camille Decourtye qui prend le temps d’évoluer pour passer du rire à une acrobatie aérienne et atteindre à l’osmose avec l’oiseau qui la rejoint.

La proposition ne manque donc pas d’intérêt, mais Bestias gagnerait à adopter une partition plus resserrée pour d’autant plus nous emporter vers la magie et l’intemporel.

Bestias de Baro d’Evel Cirk, La Villette (espace chapiteaux).
Avec : Lali Ayguade, Noémie Bouissou, Camille Decourtye, Taïs Mateu Decourtye, Blaï Mateu Trias, Julian Sicard, Piero Steiner, Marti Soler Gimbernat.
Crédit photographique : Baro d’Evel Cirk.

 

  1. Une sensation qui n’est pas sans rappeler le cirque décrit par l’autrice américaine Erin Morgenstern dans Le Cirque des rêves. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *